Annales Akashiques

ANNALES AKASHIQUES, ÇA VEUT DIRE QUOI ?

 

Akasha et les mémoires/dossiers akashiques

Akasha est la traduction du mot sanskrit « ciel », « cosmos » ou « éther ». Jadis on pensait que cet éther était l’essence même et omniprésente de l’univers. D’après la mythologie indienne, Akasha est la matrice qui donne jour à toutes les manifestations physiques et la matrice vers laquelle se retirent toutes les manifestations. Les mystiques indiens ont décrit cette matrice sous le nom de mémoires, ou dossiers akashiques : un champ d’informations universel qui ressemble au concept de l’inconscient collectif de Jung, et qui est souvent décrit comme une bibliothèque universelle pour l’être humain et les archétypes des mémoires passées, présentes et futures humaines.

 

La science et le champ akashique

La science et le très ancien mysticisme s’unissent dans le champ A, ou champ du point zéro, comme l’appelle le philosophe et scientifique Ervin Laszlo. Dans le temps on considérait ce champ du domaine du mysticisme indien, mais maintenant ce champ appelé aussi « champ akashique » devient la base de la « théorie des champs » moderne.

Dans son livre « Science et champ akashique » (tome 1), Ervin Laszlo nous dit que ce champ du point zéro (champ A), est la mémoire constante et éternelle de l’univers. Il détient les données de tout ce qui ne s’est jamais produit sur la terre et dans le cosmos, et met celles-ci en corrélation avec tout ce qui doit arriver. « Ce champ consiste en une mer subtile d’énergies fluctuantes à partir desquelles tout émerge : atomes, galaxies, étoiles, planètes, êtres vivants, et même la conscience ».

 

Le champ akashique

C’est au début des années 1900 que se réunissaient la science et les mémoires akashiques autour de Nicolas Tesla, le père des technologies modernes de communication. Il identifia un champ d’informations comme le centre de l’univers. En comparant ce champ à Akasha, l’espace ciel-éther, il affirmait que ce champ de puissance était fondamentalement créatif et créait de la matière, quand le prana – ou énergie cosmique – opérait en lui. Cette union précoce entre la science et le mythe fut de courte durée. Le champ de puissance de Tesla tomba en disgrâce quand les physiciens d’Einstein ont commencé à lui préférer le modèle de l’univers qui part du principe que l’espace-temps se courbe en quatre dimensions. Ces derniers temps, par contre, l’intérêt pour Tesla et son champ éthérique (le champ A de Laszlo) s’est ravivé, et ses recherches commencent à être « re-connues » : le champ G de la gravitation, le champ EM électromagnétique, et divers champs nucléaires et quantiques.

 

Le méta-univers et la conscience cosmique

D’après Laszlo, le concept de méta-univers mérite une attention particulière. C’est la seule explication concluante à la naissance d’un univers qui soutient la vie humaine. Laszlo prétend qu’au début du temps, l’existence de conditions qui soutenaient la vie humaine. Laszlo prétend qu’au début du temps, l’existence de conditions qui soutenaient la vie n’était pas une affaire du hasard, mais qu’elle ressemblait à une dynamique maternelle ou à celle d’une source de l’univers qui semait de informations d’elle-même autour d’elle-même. Cette semence porte à penser que la terre n’est pas la seule planète qui est capable de créer de la vie durable. Le nombre d’étoiles et de planètes dans le cosmos est astronomique. L’astronome Harlow Shapley estime de façon conservative qu’il y a au moins 100 millions de planètes capables de créer la vie dans le cosmos. Ce qui veut dire « qu’il est fort probable qu’il y existe des civilisations extra-terrestres qui ont été créées par des organismes complexes sur des planètes qui portent la vie. »

Le champ A ouvre la possibilité que l’être humain soit enraciné de par sa nature dans une intelligence originelle et que la conscience cosmique et multidimensionnelle fait partie de son héritage. Il ouvre également la possibilité qu’il y existe des informations ou une conscience au-delà de la mort et de la forme physique humaine. Mais avant tout il confirme que l’être humain est une partie du drame cosmique qui transcende l’espace et le temps. Le champ akashique d’Ervin Laszlo est un puissant appel à la science pour rattraper le retard scientifique par rapport au mythe.

 

Un champ intelligent qui relie tout

« Les scientifiques se sont aperçus du fait que l’univers est un champ intelligent, une matrice. Ce champ relie tout. Cela est aussi prouvé par les expériences de la physique quantique. L’espace dans l’univers n’est pas vide, mais rempli d’énergie. Nos corps physiques se matérialisent aussi à partir de ce champ dans lequel et à partir duquel nous vivons. Ce champ est en nous et autour de nous. La force des sentiments humains et la croyance humaine traduit les possibilités quantiques de ce champ, en réalité physique, de notre corps physique et de notre monde.

C’est à travers le langage de nos sentiments que nous pouvons communiquer avec ce champ.

Le champ vit à travers nos sentiments, à travers le langage de notre cœur, à travers notre énergie.

En réalité, la force des sentiments humains peut aussi bien modifier les cellules de notre corps que les atomes de ce monde. C’est la force en nous qui joue un rôle important dans l’équilibre de l’univers parce que nous sommes une partie du tout. Dans toutes les traditions spirituelles, cette force est décrite. »  Gregg Braden

 

Tu es une partie du TOUT – Tu ES Akasha !

« L’homme est une partie du tout que nous appelons « univers ». Il se perçoit lui-même, il perçoit ses pensées et ses sentiments comme quelque chose qui est séparé du reste (dualité) – une sorte d’illusions optique de sa conscience. Cette illusion est pour nous une sorte de prison qui restreint nos souhaits personnels et limite notre sympathie à quelques personnes qui nous sont les plus proches. Il est de notre devoir de nous libérer de notre prison, en élargissant le cercle de notre compassion afin d’embrasser tous les êtres vivants et la nature dans toute sa beauté. » Albert Einstein

 

Non-dualité et ouverture du coeur

La non-dualité est la conscience du fait que toutes les choses sont reliées les unes aux autres et non pas séparées les unes des autres, tout en gardant leur individualité. Intégrer le concept de non-dualité ouvre grand le regard sur le monde, les perspectives sur la vie et son sens, les consciences et le cœur. Si nous ne sommes tous qu’un, des parties les uns des autres, alors l’autre n’est qu’un miroir d’une partie de nous. Si ce miroir nous est désagréable, alors il s’agit d’une partie de nous à soigner, et non pas d’un défaut de l’autre. Cela remet beaucoup de choses en perspective …

 

Références et bibliographie :

  • Akashic Records: One True Love: A Practical Guide to Access Your Own Akashic Records, by Gabrielle Orr
  • La divine matrice, de Gregg Braden
  • Let Miracles Happen, by Gabrielle Orr
  • Akashic records: grand opportunity for personal evolution – Gabrielle Orr. Vidéo: https://www.youtube.com/watch?v=Uj-688qe-aQ
  • Awakening to zero point, by Gregg Braden
  • Journey of Souls: case studies of life between lives, by Michael Newton
  • Memories of the afterlife: life between lives, stories of personal transformation by Dolores Cannon
  • The spectrum of consciousness, by Ken Wilber
  • Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Annales_akashiques

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

En m’envoyant votre commentaire vous prenez connaissance et acceptez la Politique de protection des données personnelles.

👉 Vous avez tout essayé, mais rien n’a marché ?
👉 Vous voulez des résultats rapides ?
👉 Vous voulez résoudre des problèmes relationnels, psychologiques, professionnels de tout ordre ?
👉 Vous êtes prêt(e) et motivé(e) pour y mettre du vôtre ?